samedi 29 septembre 2012

BDS {106}

L'énergie insufflée par cette session d'informations pour un job s'est un peu essoufflée cette semaine, mais je suis loin d'être revenue à cette langueur des premières semaines de septembre.

Examen du code de la route repoussé...

mais pour une bonne cause. Mardi matin, j'ai découvert dans ma boîte mail une nouvelle proposition d'entretien pour vendredi. Enfin, épreuve écrite plus entretien. Il s'agit cette fois d'un job juridico-administratif touchant à l'enseignement.

mais j'espère bien le passer en début de semaine prochaine.

Pourquoi pas lundi d'ailleurs ? Parce que si j'ai délaissé "l'étude du code" proprement dite pour me centrer sur la préparation de cet entretien (deux documents de 60 et 91 pages à parcourir pour l'épreuve écrite), je n'ai cessé de m'entraîner sur des simulations d'examens sur internet. D'ailleurs, info pour les Belges, si vous préférez étudier sur ordi que dans un livre, c'est possible via le site Feu Vert. La théorie, des jeux de priorité et de signaux, les simulations d'examens... j'ai découvert cela à la fin de mon livre, qui donne droit à un accès limité aux fonctionnalités offertes par le site.

Qu'il est cher d'envoyer un colis hors de nos frontières

fut la réflexion de la semaine. Pour quatre barres de chocolat G*ller et une carte d'anniversaire, 8,30 euros de frais d'envoi. Et ça monte à 31 euros pour bénéficier du suivi. Après la régulation des frais de roaming à l'intérieur de l'Union Européenne, il serait peut-être temps de s'intéresser aux tarifs postaux, non ?

La bonne surprise de la semaine...

fut le résultat obtenu sur la DS de Chouka concernant l'âge de mon cerveau. Ayant des tests psychotechniques à réussir dans deux semaines, je me suis dit qu'il n'était sans doute pas inutile d'utiliser le programme d'entraînement cérébral disponible sur cette console. Pour ce premier test, je m'attendais à un résultat catastrophique et finalement, mon cerveau a... 27 ans ! Un an de moins que mon âge biologique, c'est parfait ! Enfin, une amie psy espagnole m'a dit que l'on pouvait trouver des tests psychotechniques en ligne, je m'y attèlerais donc cette semaine.
 
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 27 septembre 2012

Verguenza !

C'est le seul mot qui m'est venu à l'esprit quand j'ai vu cette vidéo. Postée par un ami sur Faceb**k, elle se constitue d'un montage des moments clés de la manifestation devant le Parlement espagnol ce mardi.


Ce qui est interpellant, c'est la réaction excessive de la police (quoique, c'est sans doute facile à dire vu de l'extérieur, d'un côté ou de l'autre, je n'aurais pas aimé me trouver là) mais aussi la présence de "casseurs" du côté de certains manifestants. Sans doute un bel exemple des mécanismes tels que ceux démontés dans la Stanford Prison Experiment. Enfin, moi, c'est à ça que me fait penser le comportement de certains représentants des forces de l'ordre dans cette vidéo...

Reste que c'est sans aucun doute un événement dramatique qui montre à quelles extrémités sont poussés certains. Et encore et toujours ce sentiment que la situation sociale et économique ne fait que se dégrader avec le temps. Sentiment d'inquiétude et d'impuissance mais aussi de rage. Les mesures d'austérité, ça fait quelques décennies que l'on force ceux que l'on nomme les pays en développement de les appliquer et le constat d'échec devrait être évident. L'exemple de la Grèce n'en est qu'un de plus... D'autant que ces mesures sont pour le moins injustes et frappent ceux qui subissent les erreurs de leurs dirigeants et du monde financier.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 26 septembre 2012

Le chant des secrets - Tamara McKinley

Il y a des auteurs qui nous prennent par la main et qui nous emmènent voyager loin de notre quotidien. Une fois de plus, Tamara McKinley nous entraîne dans l'outback australien, ses traditions, ses histoires, sa nature et ses habitants. Un environnement rude où la force de ses personnages s'exprime.


Résumé : Catriona Sumers connaît les feux de la rampe quelques minutes à peine après sa naissance. Selon la tradition, son père, directeur d'une troupe de music-hall sillonnant les routes de l'outback australien, l'exhibe sur scène. Et les spectateurs l'acclament.
Cette ovation n'est que la première d'une longue série. La fillette, qui très tôt affichait une prédisposition pour le chant, est devenue, à force de travail et d'obstination, une diva.
Des petites salles obscures aux plus grandes scènes d'opéra, son parcours serait un conte de fées si certains secrets, aujourd'hui, ne ressurgissaient, menaçant les proches de la soprano et Catriona elle-même...
Le Chant des secrets met en scène une femme hantée par une blessure jamais cicatrisée, déterminée à conquérir ce dont elle aura été longtemps privée : l'amour de sa fille. (Babelio)

Mon avis : Une fois encore, je me suis laissée entraîner dans ces paysages et cet environnement parfois hostile. Une bouffée d'exotisme. Une fois encore, la saga nous tient en haleine, les pages se tournent l'une après l'autre. Mais une encore, le même décor, les mêmes schémas, les mêmes éléments perturbateurs du récit... Pourtant, le fait de retrouver des éléments communs, voire répétés, d'un roman à l'autre ne m'a pas gênée. Un livre que je vous conseille si l'Australie sauvage vous attire...

Et je profite de cette critique pour vous informer que je participe aux Matchs de la rentrée littéraire chez Price Minister. En échange d'un livre choisi dans la liste proposée, il "suffit" d'en faire ensuite une critique sur son blog. L'inscription est donc ouverte aux blogueurs et blogueuses et si vous le souhaitez, vous pouvez me désigner comme marraine en citant mon blog ;) .
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 25 septembre 2012

J'écris, tu commentes

J'ai commencé à bloguer il y a près de dix ans. Par imitation. Une amie proche avait un blog, me l'a montré, j'aimais ce qu'elle y écrivait, j'ai découvert d'autres blogs, je les suivais et je m'y suis mise. Entre ce premier blog et celui-ci, il y en a eu quelques-uns et de longs moments de silence aussi. 

C'est une question qui surgit fréquemment sur la blogosphère, si l'on en croit les articles mis en avant par Hellocoton, celle de ce que l'on retire de cette activité si intime et si publique à la fois. Au final, chacune y trouve ce qu'elle y cherche et parfois un peu plus.

Pour ma part, tout d'abord, je pense à toutes ces "tendances" ou nouveautés que je lis d'abord sur les blogs avant d'en entendre parler à la télé, à la radio ou dans les magazines (quoique j'en lis très peu). Il y aussi toutes les découvertes : livres, magazines, films, produits divers et variés, la blogueuse vit, lit, regarde la télé, achète et en parle.

Il y a aussi ces mots, écrits par une autre, qu'on lit et l'on se dit : "C'est exactement ce que je ressens"/"C'est comme ça que je vois les choses, moi aussi" et parfois, c'est juste ce dont on avait besoin. Savoir qu'on est pas la seule à penser ça, à vivre ça, à ressentir ça. Ça permet de relativiser, d'alléger le fardeau.

Et puis, sans doute une chose inattendue, parce que moi je suis plutôt une lectrice régulière mais discrète qui commente peu, les commentaires qui touchent, sur des nouvelles ou des événements qui sont pour moi importants. Recevoir votre soutien ou votre avis, ça fait souvent énormément de bien. Alors, merci à toutes celles qui ont un jour commenté par ici et plus particulièrement ces trois derniers mois. Merci, tout simplement.


Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 24 septembre 2012

Sé feliz #40

Sé honesto contigo mismo
(Sois honnête avec toi-même)
Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 22 septembre 2012

BDS {105}

Une semaine qui m'a sortie de la torpeur dans laquelle j'avais plongé ces dernières semaines, suite à cette ébauche de bonne nouvelle que je vous racontais hier. J'espère juste de ne pas trop m'enthousiasmer,ne pas trop espérer et que cela ne débouche sur rien...


En tout cas, ça m'a mis un coup de peps et j'ai mis un peu d'ordre dans ma chambre (c'était en souffrance depuis fin août) et commencé à étudier le code (bouquin acheté depuis fin juillet, il était temps que je m'y plonge) pour la troisième fois (et oui, j'espère donc passer et réussir mon permis théorique pour la troisième fois et enfin trouver le temps et l'argent nécessaire à passer le pratique dans les temps impartis).

Une petite drague gentillette mardi matin, juste avant cette fameuse séance d'info pour un job. Arrivée méga à l'avance, j'ai pris le temps d'aller boire un thé avant de m'y rendre. Donc je rentre dans le café et juste après moi rentre un gars... qui s'assied à une table de distance de la mienne. Et qui commence à me draguer. Mais attention, pas lourd ni rien. Plutôt agréable et il était pas mal. Il a commencé par me demander mon numéro et ça, moi j'aime pas. J'ai pris l'excuse "J'ai pas de numéro belge, je viens de rentrer d'Espagne où j'ai vécu quelques années". On commence à papoter en espagnol (ah oui, il était égyptien mais a vécu en Espagne avant de venir en Belgique... et se débrouillait bien dans les deux langues) mais sans plus. Il m'a demandé plusieurs fois si on pouvait se voir (mais bon, je savais pas quand j'allais terminer et puis, j'avais des petites choses à faire chez moi dans l'après-midi). Il a donc fini son verre d'eau (je pense après coup qu'il m'avait peut-être repérée dans la rue et qu'il m'a suivi dans ce café...parce que boire un verre d'eau et repartir...) Et voilà. Rien de hyper intéressant, mais un petit moment qui fait du bien à l'égo (ben oui, il était plutôt pas mal et quand c'est pas un gros lourd qui te drague, ça fait toujours plaisir).

Un premier cours de néerlandais vraiment enthousiasmant jeudi soir. Un cours basé sur le ludique, sur l'oral et pas du tout de la grammaire en long et en large et des listes de vocabulaire. Une prof hyper dynamique et un groupe qui a l'air sympa, tout ça présage une année d'apprentissage dans un climat agréable. Je suis bien contente d'avoir pris la décision de m'y remettre.

Un éclair de génie mercredi. Après avoir appelé la librairie de la ville voisine pour commander un livre que Chouka doit lire pour l'école, j'ai subitement pensé au Kakebo 2013, commandé à la Fn*c depuis le 20 août et dont je n'avais encore aucune date de livraison (attente du fournisseur). Bref, j'ai appelé, il était de stock, j'ai donc annulé ma première commande et le lendemain, je l'avais enfin entre les mains. Deux euros plus cher mais un délai d'attente plus court et un service sans doute plus efficace.

Et puis, ça m'a fait tout drôle mardi en rentrant de la zumba (21h-21h30), en passant sur F*cebook, de me rendre compte que j'étais sur le point d'aller me coucher alors que les CSers de Logroño étaient, eux, sur le point de se rendre à un dîner CS... Comme si c'était déjà un autre monde, une autre vie. Sans compter l'envie face aux photos de fiesta pour la San Mateo...et pas uniquement parce qu'ils étaient encore tous en manches courtes !
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 21 septembre 2012

Une éclaircie...

Un peu plus de trois mois que j'ai retrouvé la Belgique et le statut de demandeur d'emploi "actif". Une flopée de cv et lettres de motivation envoyés et presque toujours des réponses négatives.


Jusqu'à la semaine passée. Ou peut-être la précédente. Pas encore d'entretien mais une séance d'information pour un poste dans un syndicat. De prime abord, ça m'a semblé un peu bizarre, cette appellation mais bon...

Donc, mardi, j'y suis allée. Et c'était vraiment bien. La responsable des ressources humaines et le directeur administratif ont pris un peu plus de deux heures pour nous expliquer en détail le fonctionnement du service, le descriptif de la fonction, son contexte et son environnement, l'évolution possible et attendue dans le service et le profil psychologique et des compétences qu'ils recherchent. Deux heures pour que l'on puisse voir si nous pensions bien correspondre à ce qu'ils attendent et surtout que l'on ait une vision plus précise de ce poste pour lequel nous postulons.

La plupart des choses qu'ils nous ont dites, je m'y attendais. De par le descriptif de la fonction, le service dans lequel ce poste est englobé et tout simplement le type d'organisation. D'autres éléments ont été de bonnes surprises, comme les possibilités d'évolution et le fait que l'on attende cette évolution des futurs collaborateurs. Par contre, c'est sûr que ce n'est pas un poste qui doit être facile tous les jours. Forcément, quand on est en contact de type service avec le public, il faut s'attendre à des réclamations et des individus pas toujours hyper poli. Mais c'est somme toute logique. 

Il ne reste plus maintenant qu'à passer les tests psychotechniques à la mi-octobre ainsi que l'entretien avec le psy qui nous fera passer les tests. Si cette première épreuve est franchie, ce sera l'entretien devant un jury. J'espère juste que ma provenance géographique, face à des candidats qui sont tous sur Bruxelles où est située le syndicat en question, ne jouera pas en ma défaveur. Si j'arrive jusqu'à l'entretien, il faudra donc insister sur le fait que dans les 6 mois à un an, je suis prête à déménager sur Bruxelles et que peut-être aussi aurais-je décroché le permis dans ce laps de temps...

Une séance d'infos qui m'a réellement intéressée et motivée donc. La sensation que ce job, je peux le faire et le faire bien. Il ne reste donc plus qu'à être "meilleure" que les huit autres candidats pour obtenir l'un des quatre postes à pourvoir.

PS: je suis restée très vague sur le poste et le syndicat en question, mais je ne voudrais pas que l'on découvre ce post de manière inopinée. Cet endroit m'est personnel et je ne souhaite pas que l'on fasse le lien entre ce blog et moi-même IRL, surtout d'un point de vue professionnel.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 18 septembre 2012

Un samedi à Dinant

El Franchute étant venu jusqu'ici pour les Fêtes de Wallonie, il voulait aussi en profiter pour faire un peu de Tourisme. Il espérait pouvoir voir Namur de jour... Sauf qu'au beau milieu des Wallos, c'était quasi mission impossible. Donc, nous nous sommes rabattus sur Dinant. Une superbe ville un peu plus éloignée de chez moi, soit.

Mais tout d'abord, réveil tranquille chez mes grand-parents samedi matin. On descend pour déjeuner... et ma grand-mère avait préparé une de ses tables ! Sans oublier le passage à la boulangerie. Résultat : pains au chocolat, croissants et baguettes nous attendaient...il s'en est fallu de peu que le cramique (pain brioché aux raisins, ndlr) ne les rejoigne ! 
Et puis, ce fut le défilé chez mes grand-parents. Il faut dire que samedi est le jour du marché dans leur rue et donc, la femme du frère de mon grand-père passe généralement les voir... sans compter mes cousins qui venaient récupérer un lit pour le kot de ma cousine. Ils ont eu de quoi papoter pour la journée donc.

Dinant.  La collégiale au centre, la citadelle juste au-dessus.

Bref. Départ pour Dinant en voiture après moults palabres sur ce qu'il valait la peine de visiter dans la région avec mes parents et une fois notre décision prise, en voiture ! Le voyage fut des plus agréables, de la musique espagnole dans les oreilles et des souvenirs partagés plein la tête.

Nous sommes entrés dans la ville par ce passage étroit... qu'El Franchute voulait absolument immortalisé. Il est vrai que c'est assez impressionnant..
 
Nous sommes arrivés à Dinant vers 13h et sommes allés manger directement. Une terrasse fermée de l'autre côté du pont, nous n'avons pas été chercher plus loin et nous sommes régalés de boulettes à la sauce liégeoise... Spécialité pas tout à fait du coin, mais Dinant a quand même fait partie de la Principauté de Liège !

Une fois rassasiés, nous avons fait les choses dans l'ordre et avons tout d'abord visité la collégiale. Impressionnante.

Collégiale Notre-Dame de Dinant
Et puis, nous nous sommes rendus à la citadelle...en téléphérique. Pas très motivés pour monter les 408 marches hyper raides à pied.

La montée en téléphérique

À l'approche de la citadelle

Une visite guidée intéressante et un panorama fantastique sur la ville. Un guide qui passait du français au néerlandais sans sourciller. Deux-trois phrases dans une langue, la même chose dans l'autre langue et puis il revenait à son explication dans la première. Impeccable. Et bon à savoir si je reçois la visite d'amis espagnols un jour... car ça laisse le temps de traduire si nécessaire.
Par contre, les petites pointes d'humour un peu cynique du guide ne sont pas toujours hyper bien passées...

La vue depuis la citadelle.


La vue depuis la citadelle bis.

Dinant, ce n'est pas seulement la collégiale et la citadelle, c'est aussi la ville d'Adolphe Sax, inventeur du saxophone, à qui la ville rend hommage.

Le pont Charles de Gaulle et ses saxophones
Et puis, nous ne pouvions pas quitter Dinant sans nous arrêter dans une boulangerie pour ramener une couque de Dinant. Spécialité de la région, c'est un biscuit très dur fait à base de farine et de miel et aux motifs et tailles variés.


Une sympathique petite escapade donc.
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 17 septembre 2012

Les Wallo 2012

Vendredi soir, comme bon nombre de namurois, nous nous sommes rendus aux Fêtes de Wallonie. Une première pour El Franchute qui a bien démarré son immersion dans le folklore belge...


À peine entrés dans les rues de la ville, nous nous partageons notre première (et en fait, la seule de la soirée) barquette de pékets. Histoire de trinquer à cette belle soirée.

Péket ! ©C.F.

Nous avons alors très vite pris la direction de la place Saint-Aubain où se produisait Ozark Henry et il nous a fallu pas moins de 45 minutes pour l'atteindre depuis la place d'Armes, tellement la foule était dense. Pas trop de monde sur la place d'ailleurs, mais on est arrivés assez tôt.

Tout d'abord, ce sont produit les Joshua. J'avoue que je ne les connaissais que comme jurés de The Voice Belgium et ce fut une belle découverte. Un concert énergique et entraînant mais un peu court, peut-être. Ensuite, ce fut le tour d'Ozark Henry. Je dois avouer que pour ma part je n'ai pas été très emballée. Ce n'est pas vraiment le genre de musique que j'aime écouter en concert... Par contre, en fond sonore à la maison pour se détendre, pourquoi pas. Après, il faut aussi dire que je raffole pas de son timbre de voix et bon, ça joue.

Minuit passé, il était temps de penser à se restaurer un peu... Churros et bonbons au programme avant un dernier verre en terrasse. Il faut dire qu'une fois minuit passé, la foule de djeuns imbibés d'alcool est carrément déplaisante...du moins, pour une "vieille" comme moi. 

Une bonne soirée en tout cas...mais j'étais bien entourée !
Rendez-vous sur Hellocoton !

Sé feliz #39

Deja que la gente sepa lo especial que eres
(Fait que les gens sachent combien tu es spécial)
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 16 septembre 2012

BDS {104}

Une semaine un peu fadasse, de peu de choses à vous raconter, mais qui s'est réchauffée et colorée à l'approche du weekend. Une semaine très "médicale" aussi.


Avec tout d'abord, la sortie de l'hôpital de mon père dès le lundi. Ce qui a causé incompréhension chez ma mère. Pas de rendez-vous de suivi pris à sa sortie, pas de régime alimentaire proposé ni de visite à un diététicien proposée/conseillée et quelques petites erreurs de dossiers.

Mercredi, c'est Linor qui s'est faite opérée. Rien de bien grave, juste se débarrasser de sa myopie. Une opération qui s'est bien passée et un sacré coup de chance, car elle n'a absolument pas eu mal les jours suivants (ce qui, parait-il, est assez peu courant).

Une bonne nouvelle pour moi qui vais pouvoir suivre des cours de néerlandais, une envie qui est venue me tarauder en voyant ma progression en chinois cette année. Je m'étais renseignée dans une association locale mais lors de la séance d'informations, il n'y avait pas suffisamment d'intéressés pour former un groupe de néerlandais. Et puis, j'ai reçu un mail cette semaine, m'annonçant qu'il y avait d'autres personnes intéressées et je commencerai donc les cours jeudi !

Et puis, un très beau weekend... Au programme : vendredi soir, les Wallos avec ma Best et El Franchute. Belle soirée malgré la pluie. Et puis, samedi, ce fut tourisme dans la province de Namur et la magnifique ville de Dinant sous le soleil.

Sans oublier dans la catégorie "sourires de la semaine", deux amis qui m'ont "évalués" sur Couchsurfing. Positivement, of course, et ce qui me fait sourire, c'est le fait que revient souvent le fait que je suis une personne qui sourit beaucoup...

Pour le reste, mes semaines actuellement sont faites d'attente, de CVs envoyés et peu de propositions d'entretien. Rien de bien joyeux ou intéressant à vous raconter, et ça se ressent forcément ici...
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 14 septembre 2012

Une jeune femme en guerre. Tome 1 à 3 - Maryse Rouy

Une jeune femme en guerre, ce sont quatre tomes qui relatent l'émancipation, l'envol de Lucie Bélanger à un moment critique de l'histoire et les péripéties de sa vie personnelle, qui ont pour décor les événements de cette moitié du XXème siècle. Autre détail important, l'héroïne est Canadienne francophone, ce qui change un peu le point de vue  par rapport à l'ensemble des autres romans que l'on a l'habitude de lire et mis en scène dans la perspective européenne.

Dans le premier tome, Lucie cherche à échapper au monde convenu dans lequel elle a grandi et dans lequel on veut l'enfermer. Une promesse de mariage arrachée, un avenir de femme au foyer dévouée, voilà tout ce à quoi elle veut échapper. Et avec la complicité de sa mère, elle prend peu à peu son envol et découvre le monde hors du cocon de la bourgeoisie montréalaise. Dans ce premier tome, la Seconde Guerre Mondiale reste quelque chose de lointain pour Lucie qu'elle perçoit à travers les lettres de son frère et les efforts de guerre.


Le deuxième tome prend un tournant plus intéressant. Le départ de Lucie pour le nouveau continent dans les dernières années de la guerre et sa confrontation avec le système de l'armée et la hargne de certains hommes à l'empêcher de faire ce pourquoi elle a été envoyée à cause de sa condition de femme. 
Le retour, peu avant la fin de la guerre, n'est pas pour autant plus simple. Elle se heurte à la difficulté de voir son travail reconnu une fois la guerre finie et de pouvoir continuer sur la voie qu'elle s'est choisie. Elle découvrira aussi le milieu féministe québecois et ses chevaux de bataille dans un Québec conservateur. C'est le tome que j'ai préféré, d'ailleurs.


Quant au troisième tome, le dernier que j'ai lu jusqu'à présent, il s'agit des "aventures" de son frère, Jacques, dans le Sud de la France. Envoyé de Londres pour entrainer les maquisards au maniement des armes en vue du débarquement, sa mission ne sera pas des plus faciles et elle finira d'ailleurs de manière dramatique. Enthousiasmée par la deuxième tome, j'ai enchaîné avec celui-ci et ai été déçue de ne pas y retrouver Lucie et de pouvoir découvrir quelle direction prendra alors sa vie... Il me tarde donc de mettre la main sur le tome 4 !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 11 septembre 2012

Inquietud sobre el futuro de mi país de corazón

Depuis que je suis rentrée d'Espagne, les journaux télévisés qui indiquent chaque jour le niveau de la prime de risque, les saisies d'appartement, les manifestations qui se sont fait de plus en plus régulières un peu partout dans le pays, sont devenus, peu à peu, des souvenirs lointains. 

Il faut dire qu'on parle peu,  par ici, des détails, des évolutions quotidiennes et surtout de ce que vivent vraiment les Espagnols* en ce moment. De temps en temps, une piqûre de rappel. Grâce à Faceb**k et aux posts de mes amis. Vignettes de la presse, articles, vidéos ou parfois un simple graphique. La dernière date du 2 septembre, lorsqu'une de mes amies a posté ceci sur son mur : 


Ce tableau reprend la liste des produits et services pour lesquels la TVA a augmenté. J'avoue que je n'ai aucun point de comparaison, que je n'ai aucune idée du pourcentage de la TVA en Belgique ou en France. La seule chose que je sais, c'est qu'avec les salaires qui n'augmentent, voire qui diminuent quand, par exemple, on demande aux profs de travailler plus pour le même salaire ou qu'on augmente de 50% le minerval dans les universités, ceux qui étaient déjà pris à la gorge, qui peinaient à finir le mois, vont avoir encore plus de mal.

La dégradation de la situation, je l'ai vécue de près. Entre 2008, mon premier séjour long en Espagne et 2010 puis 2011 et 2012. Pleins de petits signes dans les rues, dans les comportements, dans les témoignages aussi des gens. Je ne reviendrai pas là-dessus, j'en ai déjà parlé. Mais certaines scènes devenues quotidiennes, comme celle de ces gens fouillant dans les poubelles en plein jour, n'ont fait que se multiplier.

Et en voyant ce tableau de l'augmentation de la TVA, j'ai le coeur qui se serre. En pensant à mes amis, à mes anciens élèves, à Jugre aussi qui en a parlé la semaine passée. Et peut-être une petite considération égoïste en me disant que finalement, j'ai peut-être bien fait de rentrer en Belgique. Étrangère, sans soutien, à la recherche d'un job, un statut sans aucun doute précaire, je n'aurais pas tenu le coup.


*mais aussi sûrement les Grecs et peut-être les Italiens et les Portugais, mais je n'ai pas vécu dans ces pays-là et ne parle donc ici que de choses que je connais de première main
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 10 septembre 2012

samedi 8 septembre 2012

BDS {103}

Une semaine qui avait bien commencé et qui s'est terminée avec un gros coup de stress hier en fin de matinée.

Un mardi soir bien agréable avec au programme, petit snack et ciné entre filles. Encore une ladies' night avec en avant-première le film "Camille redouble". Un beau film même si la fin m'a carrément déçue.

Trois colis reçus cette semaine. Un top commandé chez Me**, la moitié de ma commande à la Fn*c (ouf, je n'y croyais presque plus) et la valise gagnée dans un jeu radio par mon père. 

De bonnes habitudes sportives qui se mettent peu à peu en place. Une petite éclaircie dans la valse des cv envoyés. La Dragonne qui a passé la présentation orale de son TFE jeudi et malgré son pronostic pessimiste, l'a réussi - et son année aussi. Et puis, la grosse tuile de vendredi.

Vendredi où mon père a fait un malaise cardiaque et a été embarqué aux urgences. Rien de grave, malgré les suspicions d'infarctus, il n'y aurait qu'une artère un peu bouchée nécessitant juste un traitement médicamenteux, pas d'opération donc. Mais pour le moment, nous n'en savons pas plus...

Et puis, entre petites tâches quotidiennes et diverses petites occupations, je n'ai pas eu le temps le courage de m'installer devant le clavier et les événements d'hier, où j'ai passé l'après-midi à l'hôpital, ne m'ont donné l'occasion de réparer cela.

Bref, drôle de semaine, dont on voit arriver la fin avec soulagement. En espérant que la suivante soit moins mouvementée et n'apporte pas de mauvaises surprises.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 4 septembre 2012

Comme des larmes sous la pluie - Véronique Biefnot

Et voici la deuxième bombe littéraire que m'a prêtée ma Best. Pour une fois, il s'agit d'un auteur belge et l'histoire se déroule tout naturellement dans nos contrées, principalement entre Bruxelles et le Brabant Wallon.

Résumé : Ecrivain à succès, Simon Bersic n'en est pas moins fragile et malheureux : il ne parvient pas à surmonter la perte de sa femme.
Et si, avec Naëlle, la vie lui offrait une seconde chance?
Rien ne le prédisposait à croiser cette beauté magnétique, l'alchimie et la magie opèrent néanmoins, mais dès qu'il croit la saisir, la mystérieuse inconnue lui échappe. Lorsque les amants se retrouvent au cœur d'un sordide fait divers qui secoue la Belgique, et devrait les séparer, Simon refuse l'inéluctable et affronte l'insupportable.
Implacable scénario, entrecoupé d'énigmatiques séquences où une petite voix enfantine s'élève dans la nuit, recouvrant le récit d'un voile d'ombre, Comme des larmes sous la pluie est un étourdissant thriller amoureux. Haletant, émouvant, ce livre sonde les cœurs et l'inconscient. (Babelio)


Mon avis : Un livre difficile et doux à la fois. Une ambiance générale qui, de légère, devient peu à peu plus pesante. Des éléments qui font que l'on devine à demi-mot le passé de Naëlle mais qui nous laisse surpris et étonnés par l'ampleur des révélations. Un chassé-croisé fait de coïncidences et de hasards de deux êtres qui devaient se rencontrer et une romance qui débute sous de biens lourds auspices... Le tout porté par une écriture et un style tout à fait succulent, un vrai régal à lire. Sans oublier le suspens et les pistes lancées par l'auteur qui font que l'on reste juste skotchés à ces pages, qui se tournent de plus en plus vite.
J'ai compris la frustration de ma Best quand elle s'est rendu compte que l'histoire de Naëlle et de Simon faisait l'objet d'un deuxième tome...que j'espère pouvoir lire rapidement. Bref, je vous le conseille !
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 3 septembre 2012

samedi 1 septembre 2012

BDS {102}

Tout doucement, la rentrée pointe le bout de son nez. Choupette rentrera à l'école la semaine prochaine, ma mère a déjà repris le boulot et la Dragonne défendera son TFE jeudi. Et moi, je profite de ces derniers jours où la maison n'est pas encore vide.


Une semaine lecture. Où je me suis plongée avec délice dans deux romans, deux pépites, prêtés par ma Best. Le genre de livres que j'avale à une vitesse folle car je ne peux me résoudre à en refermer les pages pour vaquer à d'autres occupations. Non, il faut que je sache comme cela va se terminer.

Une semaine gourmandise. Quand mercredi, Choupette a décidé, après avoir écarté la recette du fondant au chocolat, de faire des macarons. Et qu'elle a bien réussi son coup, si on omet l'erreur de débutant de la cuisson de la première fournée. Mais la deuxième était juste succulente.

Une semaine sport aussi. Sans doute pour compenser les petits excès du weekend et les macarons. Après avoir négligé mon abonnement à la salle de sport à côté de chez moi suite à mon séjour à Liège, j'ai repris le sport mercredi. Une séance de CAF (cuisses-abdos-fesiers) suivie d'une heure de step le mercredi, zumba à la salle le jeudi et re-zumba le vendredi avec ma mère et Choupette au complexe sportif de la ville voisine. Et je dois avouer que la CAF suivi du step, on le sens bien sur les cuisses !

Déceptions. Ma commande à la Fn*c semble loin d'arriver. Alors que les produits commandés sont affichés en stock sur le site, mon colis n'a toujours pas été envoyé... J'espère que cela sera vite réglé.
Et puis, ce matin, suite à l'absence répétée de notre stand préféré sur le marché, j'ai jeté un coup d'œil sur internet. Ils ont cessé leurs activités. Finis les fromages de chèvre aux herbes et les tartes salées au chèvre... Snif.

Et puis ce soir, soirée chez Linor. Encore une. On se voit pas mal ces derniers temps avec ma soeurette, et c'est plutôt chouette ! Au programme ce soir : une pré-soirée chez elle et puis, sortie sur Bruxelles.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...